• -Les sept partenaires de ce projet innovateur et social, avec Atades Huesca en tant que chef de file, expriment leur satisfaction quant à l’avancement du projet

 

“Il nous reste un long chemin à parcourir, mais nous sommes très enthousiastes”, a déclaré Miguel Ángel López, directeur de Atades Huesca, lors du discours de bienvenue aux personnes qui assistaient ce mercredi matin à la présentation du projet Spagyria sur les installations de Brotalia. Dans son allocution, Lopez a également rappelé la devise qui anime l’esprit de ce projet transfrontalier: «cultiver nos différences, exploiter nos ressources, créer de la richesse».

Spagyria, un projet cofinancé avec des fonds européens, dont le budget total atteint 1.860.000 €, est né dans le but de créer une nouvelle ligne de culture de plantes aromatiques pour le développement de produits cosmétiques écologiques et sains. Un projet à la fois innovant et social, qui combine recherche et inclusion sociale, impliquant dans le processus des personnes handicapées rencontrant des difficultés d’insertion, contribuant ainsi à améliorer leur employabilité et donc leur qualité de vie.

 

Des représentants des sept partenaires qui constituent le partenariat Spagyria ont participé à l’événement: Atades Huesca – en tant que chef de file-, Elkarkide (Pampelune), les Jardins du Girou (Toulouse), l’Université de Saragosse, MEDES (Institut de médecine et de physiologie spatiales, Toulouse) et les mairies de Huesca et de Pampelune. Ana M ª Mainar, professeur de Chimie Physique de l’Université de Saragosse et chercheur de l’I3A, mène le test pilote d’extraction par CO2 supercritique sur huit espèces végétales. Les premiers résultats désignent le souci officinal comme l’une des « étoiles » de ce test, suivi de la mélisse citronnelle et de la sauge officinale.

Pour sa part, Philip Hazane, directeur du MEDES, institut fondé par l’Agence spatiale française et l’hôpital universitaire de Toulouse, a défini cet Institut comme «une structure hybride entre la médecine, la santé et le secteur spatial». Il a également souligné les valeurs sociales et écologiques du projet, rappelant une phrase de l’écrivain français Rabelais: « science sans conscience n’est que ruine de l’âme». Olga Barbarín (Elkarkide) et Amador Esparza (les Jardins du Girou) ont exprimé leur enthousiasme de pouvoir participer à un projet collaboratif qui offre des possibilités d’emploi et de développement personnel aux personnes souffrant de maladies mentales ou menacées d’exclusion sociale.

Mikel Baztán est également intervenu en tant que représentant de la ville de Pampelune, «une ville qui soutient la durabilité et l’écologie, dans laquelle il ya une culture de l’appréciation des espaces verts, et avec de nombreux jardins urbains et communautaires». Fernando Gállego, Conseiller Municipal du Développement de la ville de Huesca a souligné la récente nomination de Huesca comme la ville la plus écologiquement durable, ainsi que la volonté de «promouvoir des politiques actives de développement local».

María Teresa Gálvez, Directrice Générale de la Recherche et de l’Innovation du Gouvernement d’Aragon, a mis en avant que Spagyria présente «trois caractéristiques essentielles: c’est un projet de collaboration, d’impact durable et social». Pour clore l’événement, Luis Felipe, Maire de Huesca, a souligné la pertinence du projet Spagyria qui œuvre en faveur de “l’inclusion sociale de la main de la recherche”, ce qui permet d’avancer vers “une société d’égalité et de savoir”.

Une visite des jardins et des serres de Brotalia et un apéritif ont mis fin à cette présentation de Spagyria.