La mairie de Huesca a accueilli cette réunion, à laquelle ont participé des représentants de tous les partenaires, tant espagnols que français, pour travailler sur l’évolution du projet et les prochaines étapes à franchir au cours de la nouvelle année.

Rosa Gerbás, conseillère municipale du développement, commerce et tourisme de la ville de Huesca, a commencé la réunion en remerciant et en souhaitant la bienvenue à tous les partenaires, définissant SPAGYRIA comme “un projet d’avenir qui combine la recherche, l’inclusion sociale et l’environnement”.

Premièrement, un suivi économique du projet a été effectué sur l’année 2019, au cours de laquelle se démarque l’investissement réalisé par la Mairie de Pampelune dans la construction du séchoir récemment achevé dans le Parc d’Aranzadi.

L’un des points les plus importants de la réunion a été la description du protocole développé par MEDES pour réaliser une étude comparative de l’effet local sur la peau et de la tolérance aux formulations de crèmes pour le visage.

L’étude consistera à tester la crème 100% écologique qui est développée dans le cadre du projet et ainsi vérifier son comportement et son efficacité. L’analyse sera effectuée sur 60 volontaires répondant à des critères spécifiques en France, dont la moitié seront des hommes et l’autre moitié des femmes âgés de 18 à 50 ans. Les volontaires seront divisés en trois groupes, chacun testant une formule différente de la crème. Ces tests seront effectués pendant 8 semaines en appliquant deux fois par jour une dose spécifique sur le visage et l’avant-bras pour vérifier l’action de la crème sur une partie du corps plus exposée au soleil comme le visage et une autre partie moins exposée au soleil comme l’avant-bras. Au cours du processus, un questionnaire clinique et deux questionnaires de satisfaction seront adressés aux volontaires afin de connaître leur expérience et d’apporter les optimisations opportunes en matière de cosmétique.

Un autre des objectifs sur lesquels le projet travaille, est l’élaboration des bases pour le développement d’une norme d’accréditation écologique réalisée par un Comité scientifique d’utilisateurs. Cette nouvelle norme aura pour singularité deux aspects liés à la philosophie et à l’éthique : combiner d’une part les aspects de qualité et d’autre part de type social et de développement durable. Une fois cette norme définie, la conception d’un label qui désignera la qualité écologique de la crème sera abordée.

SPAGYRIA veut également présenter une valeur ajoutée en réalisant une analyse de l’empreinte carbone que le projet va générer. Cela implique une évaluation environnementale des procédés et des produits qui permettra de connaître et d’évaluer leurs qualités environnementales afin que les produits soient durables et sûrs pour la pré-formulation.

Au cours de la réunion, les premiers résultats de l’analyse effectuée par UNIZAR sur certains extraits de sauge, de souci et d’échinacée recueillis dans les plantations de Valentia (Huesca), d’ElKarkide (Pampelune) et des Jardins du Girou (Midi- Pyrénées) ont été présentés. Ces extraits seront utilisés pour l’élaboration de la crème écologique qui sera l’aboutissement du projet.

Ces résultats ont fourni des données très intéressantes concernant le rendement, la couleur et la densité selon l’origine des plantes, données qui sont sans aucun doute pertinentes pour l’évolution et la prise de décisions du projet qui se trouve à un stade avancé d’exécution.

La prochaine réunion du projet SPAGYRIA est prévue pour la mi-mai dans la ville française de Toulouse.