La septième réunion du Comité de gestion et de coordination du projet européen SPAGYRIA s’est tenue à Pampelune pour analyser l’évolution de cette initiative de coopération transfrontalière basée sur la recherche et le développement de produits cosmétiques biologiques. Le projet SPAGYRIA est mené par ATADES Huesca et ses partenaires sont le centre MEDES de Toulouse, la coopérative Jardins du Girou, l’Université de Saragosse, les mairies de Huesca et Pampelune et le CEE Elkarkide à Pampelune.

Au cours de ces deux jours, différents domaines d’action de SPAGYRIA ont été abordés. En premier lieu, un compte rendu détaillé du suivi économique du projet a été présenté ; les justifications des dépenses pour 2018 (230 000 €) et les prévisions pour 2019, qui sont estimées à 500 000 € d’investissement, ont été avancées. De même, le plan de communication et les actions menées ont été examinés, parmi lesquelles la présence de SPAGYRIA sur le Marché Agro-écologique tenu récemment à Huesca était particulièrement opportune, ainsi que diverses actions menées sur les réseaux sociaux, qui ont permis une nette augmentation des impacts et des connaissances relatives à ce projet. Dans cet esprit, des propositions d’actions de diffusion et de communication pour 2020 ont été présentées.

Lors de cette réunion, il a été également fait état des progrès de l’action pour la production de la crème hydratante écologique et à haute tolérance intégrée au projet. De plus, une étude sur les rendements des principes actifs des plantes a permis de déterminer quels extraits végétaux feront partie de la composition finale de cette crème. Le projet continue d’avancer favorablement tant au niveau du modèle de recherche et de la définition du protocole de test des produits cosmétiques que des infrastructures créées pour le développement des produits, comme le sont les séchoirs d’Atades Huesca, des Jardins du Girou et de Elkarkide à Pampelune. D’un point de vue agronomique, les résultats des récoltes de 2019 des huit variétés cultivées dans les plantations pilotes pour leur incorporation dans ces produits cosmétiques ont été présentés.

Un autre des sujets traités a été celui de la préparation des terrains des Centres Spéciaux d’Emploi, de formation et qualification. Les indicateurs initiaux de 9600 m2 pour les trois centres (Huesca, Pampelune et Gragnague, Toulouse) ont été largement respectés et la superficie finale aménagée a quasiment doublé passant à 16.500 m2.

La situation des nouvelles infrastructures prévues, centrées sur la construction de séchoirs, a également fait l’objet d’un examen. Dans le cas d’Atades Huesca, il aura une superficie de 100 m2, avec des surfaces différenciées adaptées aux personnes à mobilité réduite, pour un budget total de 140.000 €. Les Jardins du Girou, dont la construction modulaire de 25 m2 héberge le séchoir construit en bois local, pourront réaliser le séchage en moins de 24 heures grâce à un déshumidificateur et leur budget s’élève à 49.000 €. Enfin, le séchoir de Pampelune situé dans le parc d’Aranzadi, financé par la Mairie et géré par Elkarkide, aura une superficie de 240 m2 et devrait être achevé en décembre, avec un budget de 209.000 €.

Visite du séchoir à plantes dans le parc d’Aranzadi

Le comité de gestion et de coordination de SPAGYRIA a profité de l’occasion pour visiter les travaux du futur séchoir à plantes en construction dans le parc d’Aranzadi comme prévu dans le cadre du projet. Il disposera d’une zone d’accès pourvue d’une rampe, d’un hall d’entrée, d’une salle des machines pour abriter les systèmes nécessaires (chaudière biomasse, climatisation, tableau électrique, système de régulation et de contrôle), d’une zone dédiée aux visiteurs et aux expositions, d’une aire de séchage et stockage des plantes et d’un espace serre. Le séchage des plantes repose sur des sources d’énergies renouvelables, telles que la biomasse et le solaire thermique, et s’inscrit dans une logique de conception et de fonctionnement optimisant le processus avec le minimum d’énergie nécessaire.