La 11ème réunion du Comité de coordination de gestion du projet SPAGYRIA s’est tenue par vidéoconférence. La réunion a débuté par quelques mots de Miguel Ángel López de Valentia, chef de projet, qui s’est adressé aux participants pour souligner l’importance de continuer à travailler sur un projet tel que SPAGYRIA en ces temps difficiles, malgré lesquels des progrès continuent à être réalisés pour mener le projet à bon terme.

 

Tout d’abord, les aspects administratifs du projet ont été abordés, tels que les rapports présentés, le suivi économique et l’analyse de l’état des indicateurs.

Il convient de noter que tous les objectifs du projet sont respectés. L’échange de connaissances qui se fait par le biais d’actions, de visites et de discussions est particulièrement important. D’une part, les trois centres spéciaux pour l’emploi, partenaires du projet, et d’autre part, le Centre Medes et l’Université de Saragosse.

Les actions nécessaires pour atteindre les objectifs des autres indicateurs sont en bonne voie.  En ce qui concerne la pré-formulation innovante pour la production de cosmétiques naturels et écologiques, il est indiqué que la formule existe déjà. En ce qui concerne le protocole normalisé pour l’obtention et la validation des cosmétiques biologiques, naturels et durables à usage général, il est signalé qu’il a également été approuvé et justifié par le comité d’éthique français.

Le Comité scientifique et des usagers du projet, par l’intermédiaire de son président, M. José Urieta de l’Université de Saragosse, a informé que la norme d’accréditation biologique a déjà été élaborée et que la prochaine étape est la formalisation de l’accord d’utilisation.

Après avoir passé en revue les différentes actions de communication qui sont menées pour la diffusion du projet, la conception du packaging de la crème a été annoncée, ainsi que les labels “bio” et “naturel” qui garantiront l’application de la Norme d’Accréditation Ecologique.

L’Université de Saragosse continue à diffuser le projet SPAGYRIA dans des forums et des publications spécialisées.

Les Jardins du Girou ont présenté leur nouvelle serre pour les jeunes plants dont la construction était incluse dans le projet. Ils ont également présenté des photos de la sauge officinale cultivée sur la parcelle extensive.

Valentia a fait état des progrès réalisés dans la construction du séchoir, qui devrait être achevé à la fin du mois d’avril. La salle de séchage a une surface de 100 mètres carrés divisée en deux pièces, l’une pour la préparation et l’autre pour le séchage. Elle possède également un mur trombe qui capte la chaleur et 9 panneaux solaires, ce qui contribue à une faible consommation d’énergie.

En ce qui concerne l’étude menée par l’Université de Saragosse pour déterminer l’empreinte carbone, les partenaires ont été informés du processus de collecte des données, de l’inventaire et des conclusions, parmi lesquelles il convient de noter que les organisations évaluées se sont montrées engagées en faveur de l’environnement et génèrent un faible impact mais que le transport des travailleurs et la consommation d’électricité nécessaire pour mener à bien l’activité sont les causes qui contribuent à l’augmentation de l’empreinte carbone et qu’il est complexe d’agir pour réduire leur impact.

Le laboratoire Karicia et Valentia ont continué à travailler pour répondre aux exigences de l’Agence Nationale de sécurité du Médicament française et obtenir le feu vert pour mener des essais cliniques sur des volontaires. Ils disposent déjà de la formule et la fabrication de la crème pour les tests sur des volontaires est déjà faite, en particulier trois formules ont été réalisées, une de référence, une avec des actifs écobiol et la crème contenant tous les actifs.

Medes travaille toujours à l’obtention de l’autorisation pour débuter les essais cliniques. Il a répondu à toutes les questions soulevées par le comité d’éthique et poursuit les démarches nécessaires pour se conformer aux exigences établies par les autorités sanitaires françaises. Cette attente implique un ajustement du calendrier des études, puisque les essais doivent durer quatre mois.

D’autre part, nous disposons déjà de la norme d’éco-accréditation et des labels qui garantiront l’application de la norme tant pour les cosmétiques naturels que pour les cosmétiques biologiques. Il convient de noter que cette norme repose sur des aspects techniques basés sur la norme ISO, mais elle va plus loin, car elle intègre des aspects sociaux et de recherche.

Enfin, le mois de mai a été fixé comme date de la prochaine réunion.

SPAGYRIA est une initiative de coopération transfrontalière basée sur la recherche et le développement d’un produit cosmétique écologique, impliquant des personnes handicapées ou ayant des difficultés d’insertion afin de contribuer à leur employabilité et ainsi améliorer leur qualité de vie. Différents partenaires sont impliqués dans le projet, tels que Valentia, qui agit en tant que chef de file, le centre MEDES de Toulouse, la coopérative Jardins du Girou, l’université de Saragosse, le Centre d’emploi d’Elkarkide et les mairies de Huesca et de Pampelune. Le projet dispose d’un budget total de 1 860 100 euros, financé à 65 % par le FEDER (Fonds européen de développement régional).